Thème

Capture d’écran 2015-09-22 à 23.58.52

Un débat vieux d’un siècle…

Charles-Augustin Sainte-Beuve, critique littéraire du XIXème siècle, considérait que l’œuvre d’un écrivain était le reflet de son passé, de son expérience, et pouvait ainsi s’expliquer par sa propre vie. Il avait pour habitude d’apprendre tout de la biographie d’un auteur avant d’écrire la critique de l’un de ses ouvrages : c’est la méthode beuvienne. Pour Sainte-Beuve, il s’agissait donc de réunir tous les matériaux historiques pour faire « l’histoire de [tel] homme comme auteur ». Ce qu’il interrogeait alors était la genèse d’une œuvre.

Marcel Proust s’est radicalement opposé à Sainte-Beuve. Dans son Contre Sainte-Beuve, il rejète cette méthode reposant sur l’intention de l’auteur et sur ses qualités personnelles. Proust accuse de fait Sainte-Beuve d’intentionnisme et de biographisme, soutenant que « l’homme qui fait des vers et qui cause dans un salon n’est pas la même personne », soulignant finalement la distinction entre un « moi social » et un « moi créateur ».

Roland Barthes, critique littéraire du XXème siècle, s’est également opposé vigoureusement à Sainte-Beuve, considérant que « l’auteur est mort », affirmant que « la naissance du lecteur doit se payer de la mort de l’auteur ». Ce postulat tire son essence du principe fondamental selon lequel le lecteur réécrit l’œuvre qu’il est en train de lire, à force d’interprétation et d’expression de sentiments très personnels. Finalement, le livre échapperait à son auteur… Barthes rejoint d’ailleurs Proust en critiquant toute forme d’intentionnisme : comment pourrait-on connaître précisément l’intention d’un écrivain ?

… réactualisé le temps d’une journée !

Le thème de cette Journée des Auteurs 2015 reprend ce débat qui s’avère crucial dans la compréhension et l’appréciation de la production littéraire. La question de cette Journée des Auteurs tourne donc autour de l’auteur lui-même : elle est de savoir si le passé de l’auteur influe sur ce qu’il écrit, de comprendre les frontières entre l’œuvre de l’écrivain et sa propre vie. De nombreuses conférences viendront étayer cette question : une conférence sur les sous-genres de la biographie et leur légitimité, une conférence sur la pertinence de l’auto-fiction, une conférence sur le roman historique et la frontière entre fiction et histoire, et bien d’autres encore…

L’équipe de la JdA

cropped-cropped-cropped-cropped-Logo_BdA-1011.jpg